Régine Pelloquin, magnifique Prix du Héron Cendré 2011

Enfin ! Qu'est ce que cela fait du bien de rencontrer une si belle personne. Cela change de certains auteurs qui se prétendent auteur, écrivain alors qu'ils n'ont écrit qu'une nouvelle.  

Régine a donc écrit un premier roman de 375 pages denses et instructives. Aucun ne doit être zappée. Aucune longueur dans son texte, aucun moment d'ennui. Un vrai plongeon dans nos racines, un voyage dans le temps mais aussi dans l'espace. On redécouvre les marais comme si on ne les avait jamais connus. "La petite maraîchine" n'est pas le personnage principal, ce n'est pas une autobiographie nombriliste. Le vrai personnage c'est le marais nord vendéen. Vraiment une réussite, je vous le conseille à tous. Soit de vous le procurer et le conserver pour les générations futures ou bien de l'offrir autour de vous, telle une carte postale de notre si beau département.
J'ai été ravie de voir cette jeune femme recevoir le Prix du Héron Cendré des mains de Claude Mercier. J'en avait tout une émotion. Régine est humble, attachante. Je suis si contente de l'avoir rencontrée. Un vrai personnage et je ne me tromperais pas en parlant d'elle comme la digne héritière de Claude Mercier. Elle parle le patois, qu'elle entretien. Elle a la passion de sa région. Une vaste culture aussi...
J'attends avec impatience son second livre qu'elle est en train d'écrire. Sans toutefois lui mettre la pression. Elle est du genre méticuleuse dans son travail, on ne s'impose pas écrivain car on le décide. 
Régine Pelloquin, un nom à ne pas oublier, au contraire, une écrivain est née...digne de l'héritage de  René Bazin ou le grand Jean Yole.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×